ActualitésSanté et Environnement

Catastrophique, plus il y a de vaccinés dans le monde moins les gens donnent leur sang

De Séoul à Paris, et de Moscou à Bangkok, des citoyens inquiets font la queue pour se faire vacciner.
Cette situation peut prétendument soulager la pression exercée sur les hôpitaux du monde entier, mais elle s’accompagne d’une grave pénurie de donneurs de sang.

Voici une des graves conséquences de cette « pandémie » dont personne ne parle véritablement…

Un certain nombre de pays n’autorisent pas les personnes qui viennent d’être vaccinées à donner leur sang, et interdisent également les personnes en convalescence après avoir été infectées par le coronavirus.
D’autres personnes restent tout simplement chez elles alors que les nouvelles infections se multiplient.
Selon les médecins, le nombre de donneurs est tombé à un niveau alarmant, ce qui menace les opérations urgentes.

Rejoignez les citoyens éveillés sur TELEGRAM

En Corée du Sud, les donneurs ne peuvent pas donner leur sang pendant sept jours après avoir été vaccinés contre le COVID-19. Selon la Croix-Rouge coréenne, les réserves ne représentent plus que 3,2 jours à la date de mercredi, contre 6,5 jours l’année dernière à la même époque.

L’Association médicale coréenne (KMA) a lancé une campagne de collecte de sang, en commençant par les médecins eux-mêmes, avertissant que les patients nécessitant une intervention chirurgicale ou des transfusions urgentes pourraient être confrontés à des situations d’urgence.

Voir aussi : Saviez-vous que Pfizer n’impose pas de « vaccins » à ses employés ?

« Il est arrivé de plus en plus souvent que les hôpitaux nous informent du report d’opérations ou de traitements et de l’affluence due au manque de sang », a déclaré Park Soo-hyun told un responsable de KMA.

INQUIÉTUDES DE SEPTEMBRE

Comme la Corée du Sud, la Russie interdit les dons de sang des personnes entièrement vaccinées, mais pendant un mois entier, et pas seulement sept jours. Elle n’accepte pas non plus le sang des personnes qui se trouvent au milieu du cycle de vaccination COVID-19.

Rejoignez les citoyens éveillés sur TELEGRAM

La semaine dernière, le quotidien économique Kommersant a rapporté que l’activité des donneurs en Russie s’était effondrée en raison de la campagne de vaccination. Les travailleurs des services de transfusion sanguine de six régions différentes ont signalé le problème au journal.

En Europe de l’Ouest, les préoccupations concernant les dons affectés par la vaccination ont été exacerbées par la traditionnelle période des vacances d’été. L’Etablissement Français du Sang (EFA), l’agence française d’approvisionnement en sang, a déclaré que les stocks étaient trop faibles pour être confortables. Il a déclaré qu’il y avait 85 000 poches de globules rouges en réserve, en dessous d’un niveau confortable de 100 000 ou plus.

L’EFS (établissement Français du Sang) lance un appel au dons

La Croix Rouge frôle la pénurie de sang

« Aucune personne malade ne manquera une transfusion, mais nous sommes inquiets pour le mois de septembre », a déclaré un porte-parole de l’EFA, lorsque le volume des opérations chirurgicales augmente généralement.

En Italie, le Centre national du sang a déclaré qu’il y avait des pénuries inquiétantes dans un certain nombre de régions, dont le Latium, centré sur la capitale Rome, ce qui avait conduit certains hôpitaux à reporter des opérations prévues pour conserver des stocks pour les urgences.

Il a imputé cette pénurie à l’absence de nombreuses personnes en vacances et au manque de personnel dans certains centres de collecte.

Rejoignez les citoyens éveillés sur TELEGRAM

LA PEUR DE DONNER

Dans toute l’Europe, les niveaux de dons ont également été affectés par l’incertitude quant à la possibilité de donner du sang si l’on n’a pas été vacciné, selon les responsables de différents pays. Le ministère espagnol de la santé, par exemple, a lancé un appel aux dons cette semaine, en précisant que les personnes ne risquent rien pendant la pandémie.

En Grèce, « les gens ont peur d’aller donner leur sang dans les hôpitaux à cause du coronavirus », a déclaré Konstantinos Stamoulis, directeur scientifique du Centre national hellénique du sang à Athènes. « Il y a des jours où il y a une réduction jusqu’à 50% des dons de sang par rapport à 2019 », a-t-il ajouté.

Retour en Asie, Au Vietnam, l’Institut national d’hématologie et de transfusion sanguine du pays a déclaré qu’il ne pouvait répondre qu’à 50-70% de la demande.

« Nous n’avons pas été en mesure de déployer des centres de don mobiles », a déclaré Le Hoang Oanh, responsable du centre de transfusion sanguine de l’hôpital Cho Ray à Ho Chi Minh-Ville, épicentre du coronavirus au Vietnam.

« Au lieu de cela, nous devons appeler les donneurs à se rendre dans nos centres permanents, ce qui constitue un défi compte tenu des restrictions de mouvement dans la ville. »

Ndlr : Encore une fois nous sommes en droit de nous poser des questions, de nous demander si il s’agit ici d’une simple conséquence inattendue ou d’un scénario prévu…

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, TWITTER et VK

Source
Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Afin de garantir la pérennité du site, nous vous invitons à mettre le site en exception dans votre bloqueur de publicités. Merci !