ActualitésSélectionné pour vous

YouTube, Facebook et TikTok gagnent des millions grâce à des vidéos de cruauté envers les animaux !

« Ces entreprises ont le pouvoir de supprimer ces vidéos ignobles, et il est répréhensible qu’elles ne l’aient pas fait« , déclare le patron de l’association.

Des milliers d’animaux dans le monde sont torturés, mutilés et soumis à des souffrances prolongées pour des vidéos macabres qui rapportent de l’argent aux plus grandes plateformes de médias sociaux au monde, YouTube , Facebook et TikTok , selon une enquête d’un an.

Les horreurs incluent des bébés singes enterrés vivants ou tourmentés; chatons piétinés ou incendiés; les gens mangeant des animaux vivants et des chiots et des canards écrasés à mort par des serpents.

Dans les vidéos enregistrées sur seulement trois mois l’année dernière, on estime que YouTube a gagné jusqu’à 12 millions de dollars (8,8 millions de livres sterling) grâce au partage de contenu sur la cruauté envers les animaux , et les créateurs eux-mêmes ont gagné près de 15 millions de dollars (11 millions de livres sterling).

Le flux de vidéos illustrant la cruauté « à une échelle monumentale » – vue par des milliards de téléspectateurs – a incité les patrons des médias sociaux à fermer les comptes voyous et à assumer la responsabilité de leur contenu.

Entre juillet de l’année dernière et ce mois-ci, une coalition d’organisations de protection des animaux travaillant en Asie a documenté 5 480 liens vers des vidéos contenant de la cruauté envers les animaux sur YouTube, Facebook et TikTok, publiées à titre de divertissement, mais également gagnant de l’argent grâce aux hits et aux partages.

Les enquêteurs ont déclaré que ces vidéos à elles seules avaient eu environ 5,3 milliards de vues, soulignant l’ampleur du problème.

L’analyse des données a montré que les producteurs des vidéos peuvent devenir presque « semblables à des célébrités », certaines chaînes rassemblant des millions d’adeptes, selon l’Asia For Animals Coalition.

Instagram  a déjà été condamné pour avoir autorisé des vidéos et des images de  cruauté envers les animaux  – dont certaines violentes – sur son site Web, se faisant passer pour un divertissement.

L’Indonésie, les États-Unis, l’Australie, le Cambodge, l’Afrique du Sud et la Corée du Sud figuraient en bonne place parmi les pays où le contenu de la cruauté était produit, selon la nouvelle étude.

Le Royaume-Uni était le 14e pays ou la région pour la création de contenu sur la cruauté – qui était principalement lié à la chasse mais aussi à l’appât délibéré d’oiseaux et d’écureuils pour le tir – mais était le troisième pays pour le contenu de cruauté téléchargé.

Une vidéo de Thaïlande l’année dernière montrait un chimpanzé déguisé en train de pulvériser du désinfectant ; un autre a montré un chiot écrasé par un python afin que les cinéastes puissent organiser un sauvetage, et un troisième a enregistré un chien placé sur un chaton en direct – le tout sur YouTube.

Les auteurs du rapport écrivent : « Nous avons documenté des images choquantes d’animaux sauvages individuels gardés comme animaux de compagnie et maltraités à plusieurs reprises devant la caméra. Des chatons et d’autres jeunes animaux ont été incendiés sous le rire des cinéastes.

« Des enterrements vivants, des noyades partielles, des passages à tabac et des tourments psychologiques ont également été documentés. »

YouTube avait le plus de vidéos de cruauté, ont déclaré les enquêteurs, mais Facebook a autorisé des groupes et des pages cryptés où un contenu inacceptable peut être partagé sans être détecté. Sur Facebook et YouTube, la plupart des cas étaient « évidents et intentionnels », selon le rapport.

<p>Les tiques apposées sur un chat 'pour montrer comment les enlever'</p>
Des tiques ont été mis volontairement sur un chat pour montrer comment les enlever

Les oiseaux, les chiens et les chats sont le plus souvent maltraités, mais certaines espèces utilisées sont classées comme menacées, notamment les pangolins, les ours, les gibbons, les pythons et les singes macaques.

Les publicités sont intégrées dans le contenu de cruauté, de sorte que les entreprises et les organisations en ont involontairement profité, y compris plusieurs groupes de protection des animaux et de conservation – dont certains ont depuis pris des mesures, note le rapport.

Alan Knight, directeur général d’International Animal Rescue, a déclaré : « Il est inexcusable pour les sociétés de médias sociaux de fermer les yeux sur les scènes écœurantes de maltraitance animale publiées sur leurs plateformes. Il est de leur responsabilité morale de sévir contre les contenus montrant des animaux forcés de souffrir pour le divertissement et le gain financier.

Le Royaume-Uni était le troisième pays en termes de contenu de cruauté téléchargé

« Il ne fait aucun doute que ces sociétés médiatiques ont le pouvoir de supprimer ces vidéos ignobles, et il est répréhensible qu’elles ne l’aient pas déjà fait.

« Ils nourrissent les instincts les plus bas d’une minorité dépravée et doivent se voir refuser une plate-forme et un public pour les éradiquer. »

La coalition appelle YouTube, Facebook, TikTok et d’autres plateformes de médias sociaux à travailler avec des experts pour développer des systèmes de surveillance « robustes » pour identifier et supprimer le contenu cruel sans dépendre des téléspectateurs qui le signalent.

Les organisations disent que même essayer de parler aux patrons des plateformes en ligne est difficile. Adam Parascandola, de Humane Society International, a décrit le contenu comme « profondément dérangeant mais largement ignoré », déclarant : « Les données dévastatrices révélées par cela ne font qu’effleurer la surface en exposant l’étendue choquante de la cruauté promue sur les réseaux sociaux.

« Maintenant plus que jamais, il est temps que les plateformes de médias sociaux cessent de profiter de la souffrance animale et prennent plutôt des mesures pour mettre fin à cette cruauté dévastatrice pour les clics. »

Dans le passé, les chaînes de médias sociaux ont insisté sur le fait qu’elles n’autorisaient pas la cruauté et qu’elles supprimaient le contenu enfreignant leurs directives.

Mais les auteurs du rapport disent qu’ils ont vu des vidéos rester en direct malgré le fait qu’elles aient été signalées plusieurs fois, ou des chaînes qui ont été fermées redémarrer sous une autre forme.

Nick Stewart, de World Animal Protection, a déclaré : « L’exploitation de la faune sauvage se produit à une échelle monumentale, ce qui a un impact sur le bien-être de milliards d’animaux. Nous devons interpeller les entreprises complices de cette exploitation et les exhorter à assumer la responsabilité d’une solution.

<p>Un singe terrifié est tenu par son cou dans un coin</p>
Un singe terrifié est tenu par son cou dans un coin

Un porte-parole de TikTok a déclaré: « Nous ne pouvons pas commenter les détails car nous n’avons pas vu les cas spécifiques. Cependant, en tant que principe général, nos directives communautaires indiquent clairement que nous ne tolérons pas la cruauté envers les animaux sur notre plate-forme, et nous prenons des mesures lorsque des personnes enfreignent ces règles – jusqu’à et y compris leur interdiction permanente de la plate-forme. Nous utilisons une combinaison de technologie et de modération humaine pour identifier et supprimer le contenu qui enfreint les règles de notre communauté. »

Ces directives interdisent « la cruauté envers les animaux et le carnage », ainsi que « les restes d’animaux démembrés, mutilés, carbonisés ou brûlés » et l’abattage d’animaux.

The Independent a également demandé à Google, propriétaire de YouTube et de Facebook, de commenter, mais n’a pas reçu de réponse.

Ndlr : Comprenez-vous maintenant que rien n’est normal, tout est volontaire et bien calculé. Quand nous, lanceurs d’alertes, citoyens conscients, chercheurs de vérité, tentons de nous exprimer nous sommes censuré quasi instantanément de manière de plus en plus radicale. Et les contenus et autre profils/page faisant la promotion de la pédophilie on en parle ? C’est d’une évidence limpide que les GAFAM participent à la déclinaison de notre monde en toute conscience. Ceci n’est pas une théorie du complot mais des faits sous vos yeux.

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, TWITTER et VK

Source
Independant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Afin de garantir la pérennité du site, nous vous invitons à mettre le site en exception dans votre bloqueur de publicités. Merci !