ÉconomiePolitique et Géopolitique

La France perd un contrat de 56 milliards d’euros: Le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Australie lancent un pacte pour contrer la Chine

Il permettra à l’Australie de construire des sous-marins à propulsion nucléaire pour la première fois, en utilisant une technologie fournie par les États-Unis.

Le pacte Aukus, qui couvrira également l’IA et d’autres technologies, est l’un des plus grands partenariats de défense des pays depuis des décennies, selon les analystes.

La Chine a condamné cet accord, le qualifiant d' »extrêmement irresponsable ».

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré qu’il « porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité régionale et intensifie la course aux armements ».

L’ambassade de Chine à Washington a accusé les pays de « mentalité de guerre froide et de préjugés idéologiques ».

Le pacte a également créé un conflit avec la France, qui a maintenant perdu un accord avec l’Australie pour la construction de 12 sous-marins.

« C’est vraiment un coup de poignard dans le dos », a déclaré le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à la radio France Info.

Le nouveau partenariat a été annoncé lors d’une conférence de presse virtuelle conjointe entre le président américain Joe Biden, le Premier ministre britannique Boris Johnson et son homologue australien Scott Morrison, mercredi.

Et si la Chine n’a pas été mentionnée directement, les trois dirigeants ont évoqué à plusieurs reprises les problèmes de sécurité régionale qui, selon eux, ont « augmenté de manière significative ».

S’adressant à la BBC, le ministre britannique de la défense, Ben Wallace, a déclaré que la Chine « se lance dans l’une des plus grandes dépenses militaires de l’histoire ».

« Elle développe sa marine et sa force aérienne à un rythme effréné. Il est évident qu’elle est engagée dans certaines zones contestées », a-t-il déclaré. « Nos partenaires dans ces régions veulent être en mesure de défendre leurs propres intérêts ».

Ces dernières années, Pékin a été accusé d’attiser les tensions dans les territoires contestés comme la mer de Chine méridionale.

Jeudi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que le pacte permettrait de « préserver la sécurité et la stabilité dans le monde » et de générer « des centaines d’emplois hautement qualifiés ».

Il a également déclaré que la relation avec la France était « solide comme un roc ».

Selon les analystes, l’alliance Aukus est probablement l’accord de sécurité le plus important conclu entre les trois nations depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le pacte sera axé sur les capacités militaires et se distinguera de l’alliance Five Eyes de partage du renseignement, qui comprend également la Nouvelle-Zélande et le Canada.

Si les sous-marins australiens constituent l’objet principal du pacte, Aukus prévoit également le partage de capacités informatiques et d’autres technologies sous-marines.

« C’est une occasion historique pour les trois nations, avec des alliés et des partenaires partageant les mêmes idées, de protéger des valeurs communes et de promouvoir la sécurité et la prospérité dans la région indo-pacifique », peut-on lire dans la déclaration commune.

« Cela montre vraiment que les trois nations tracent une ligne dans le sable pour commencer et contrer les mouvements agressifs [de la Chine] dans la région indo-pacifique », a déclaré Guy Boekenstein de l’Asia Society Australia.

Les nations occidentales se méfient des investissements de la Chine dans les infrastructures des îles du Pacifique et ont également critiqué les sanctions commerciales de la Chine contre des pays comme l’Australie.

Par le passé, l’Australie a entretenu de bonnes relations avec la Chine, son principal partenaire commercial. Mais ces relations se sont dégradées ces dernières années en raison de tensions politiques.

Mais il y a maintenant des tensions aussi avec la France, après que l’Australie a déchiré le contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) pour la construction de 12 sous-marins.

« Nous avions établi une relation de confiance avec l’Australie, cette confiance a été trahie », a déclaré M. Le Drian.

Pourquoi des sous-marins à propulsion nucléaire ?

Ces sous-marins sont beaucoup plus rapides et plus difficiles à détecter que les flottes à propulsion conventionnelle. Ils peuvent rester immergés pendant des mois, tirer des missiles sur de plus longues distances et transporter davantage de matériel.

Les analystes estiment qu’il est essentiel pour l’influence des États-Unis dans la région qu’ils soient stationnés en Australie.

Les États-Unis partagent leur technologie sous-marine pour la première fois en 50 ans. Auparavant, ils ne partageaient cette technologie qu’avec le Royaume-Uni.

L’Australie deviendra la septième nation au monde à exploiter des sous-marins à propulsion nucléaire, après les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Chine, l’Inde et la Russie.

L’Australie a réaffirmé qu’elle n’avait pas l’intention d’obtenir des armes nucléaires.

Entre-temps, la Nouvelle-Zélande a déclaré qu’elle interdirait la présence des sous-marins australiens dans ses eaux, conformément à une politique existante concernant la présence de sous-marins à propulsion nucléaire.

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, TWITTER et VK

Source
BBC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Afin de garantir la pérennité du site, nous vous invitons à mettre le site en exception dans votre bloqueur de publicités. Merci !