ActualitésSanté et EnvironnementScience et Technologie

Bientôt des vaccins ARNm dans notre nourriture ?!

Préféreriez-vous vous faire vacciner en prenant une injection dans le bras ou en mangeant un bol de légumes ?

Des scientifiques de l’Université de Californie à Riverside (UCR) étudient actuellement s’ils peuvent transformer des plantes comestibles, telles que la laitue et les épinards, en vaccins à ARNm que les gens peuvent cultiver eux-mêmes.

Le projet de recherche a trois objectifs : montrer que des vaccins à ARNm contenant de l’ADN peuvent être intégrés avec succès dans des cellules végétales ; démontrer que les plantes peuvent répliquer suffisamment d’ARNm pour rivaliser avec les méthodes d’injection actuelles ; et pour déterminer le dosage correct.

« Idéalement, une seule plante produirait suffisamment d’ARNm pour vacciner une seule personne », a déclaré Juan Pablo Giraldo, chercheur principal et professeur agrégé au département de botanique et des sciences végétales de l’UCR, dans un communiqué .

« Nous testons cette approche avec des épinards et de la laitue et avons des objectifs à long terme pour que les gens la cultivent dans leurs propres jardins », a-t-il ajouté. « Les agriculteurs pourraient également en cultiver des champs entiers. »

Selon Giraldo, la clé de l’introduction de vaccins à ARNm dans les plantes réside dans les chloroplastes, qui sont les petits organes des cellules végétales responsables de la photosynthèse.

« Ce sont de minuscules usines à énergie solaire qui produisent du sucre et d’autres molécules qui permettent à la plante de se développer », a déclaré Giraldo. « Ils sont également une source inexploitée pour fabriquer des molécules souhaitables. »

Des travaux de laboratoire antérieurs de Giraldo ont montré que les chloroplastes peuvent exprimer des gènes qui ne font pas naturellement partie de la plante. Ceci a été réalisé en envoyant du matériel génétique étranger à l’intérieur d’une enveloppe protectrice dans des cellules végétales.

Des recherches similaires sur un vaccin comestible COVID-19 sont également menées près de chez vous.

Une équipe de scientifiques dirigée par Allyson MacLean, professeure adjointe au Département de biologie de l’Université d’Ottawa, travaille depuis plus d’un an sur un autre moyen d’immunisation contre le virus.

Leur méthode implique l’expression d’antigènes viraux dans des plantes comestibles, notamment de la laitue et des épinards, que les gens mangeraient ensuite. Les tests du vaccin ont déjà commencé dans le cadre d’un partenariat avec L’Hôpital d’Ottawa.

La technologie d’ARNm utilisée dans certains vaccins conventionnels contre le COVID-19 fonctionne en utilisant l’ARNm pour fournir aux cellules humaines des instructions génétiques pour fabriquer des anticorps contre des maladies spécifiques. L’un des défis des vaccins à ARNm, cependant, est qu’ils doivent être conservés à des températures froides pour maintenir la stabilité pendant le transport et le stockage.

Si le projet de recherche UCR réussit, non seulement il pourrait rendre possibles des vaccins à ARNm comestibles, mais également créer un vaccin à ARNm pouvant être conservé à température ambiante.

« Je suis très enthousiasmé par toutes ces recherches », a déclaré Giraldo. « Je pense que cela pourrait avoir un impact énorme sur la vie des gens. »

Le projet de recherche est soutenu par une subvention de 500 000 $ US de la National Science Foundation des États-Unis.

Ndlr : La folie humaine est un puit sans fond. Que dire de plus en apprenant ce genre de projet ? Nous assistons bel et bien à une volonté de changer profondément l’humanité par tous types d’outils et de moyen. Ces « vaccins » ARN n’ont pas été créés pour lutter contre une pandémie mais bel et bien pour une toute autre raison. Pourquoi vouloir introduire cela dans notre nourriture ? Ils nous diront aussi probablement que c’est pour notre bien. Posons-nous les bonnes questions…

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, TWITTER et VK

Source
CTVNewsUniversity Of California

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Afin de garantir la pérennité du site, nous vous invitons à mettre le site en exception dans votre bloqueur de publicités. Merci !