ActualitésScience et Technologie

Le premier responsable des logiciels du Pentagone démissionne parce que la Chine a déjà gagné la guerre technologique mondiale

La cybersécurité est une préoccupation prioritaire dont les ramifications sont considérables. Qu’il s’agisse de paralyser les ordinateurs personnels avec des logiciels malveillants et des chevaux de Troie, de voler des données sensibles sur des sites de grande collecte (comme Facebook), de menacer les infrastructures américaines ou de mettre en danger les capacités de notre armée, les cybermenaces sont réelles, mortelles et représentent une menace existentielle.

Dans un rapport présenté en juin dans le cadre de l’émission « State of the Union » de CNN, la secrétaire d’État à l’énergie, Jennifer Granholm, a indiqué que « des adversaires des États-Unis sont capables de mettre hors service le réseau électrique du pays… » et a souligné que « de telles attaques de cybersécurité se produisent en permanence ».

Ces réalités, et le sentiment que l’Amérique ne répond pas à la menace de manière adéquate, ont conduit Nicolas Chaillan à démissionner de son poste de chef des logiciels au Pentagone et à publier des rapports cinglants sur l’état de préparation de l’Amérique.

Nicolas Chaillan, 37 ans, a déclaré avoir démissionné parce que « la Chine a déjà gagné la guerre des technologies » et que certaines technologies homologues américaines étaient « du niveau de la maternelle » en comparaison.

Nicolas Chaillan, responsable des logiciels du Pentagone

Samedi, N.Chaillan a fait part de son opinion selon laquelle la victoire de la Chine dans la guerre technologique est inéluctable, soulignant qu’il s’attend à ce que la Chine domine complètement le monde dans 15 à 20 ans.

Les préoccupations de N.Chaillan ne sont pas uniques. Lors d’un symposium organisé en juillet par la Commission de sécurité nationale des États-Unis sur l’intelligence artificielle, de hauts responsables de l’OTAN, du Pentagone et des pays de la région indo-pacifique ont mis en garde contre la « menace que représente l’essor technologique de la Chine et son ambition de devenir le leader mondial de l’intelligence artificielle ».

Chaillan considère la réponse américaine comme faible et négligente, se plaint qu’il y a « de bonnes raisons d’être en colère » et préconise de donner la priorité au développement de la technologie de l’I.A. plutôt qu’à l’amélioration des systèmes d’armes traditionnels tels que les nouveaux avions de chasse. Les commentaires récents de N.Chaillan ont été clairs et critiques. Dans une publication sur LinkedIn, il a indiqué que la bureaucratie américaine était un facteur important qui entravait notre capacité à suivre le rythme de la Chine.

Sans sourciller, N.Chaillan a reproché à Google de ne pas travailler avec le ministère de la défense américain sur des projets d’intelligence artificielle, alors que les entreprises technologiques chinoises sont obligées de travailler avec Pékin. Il a également critiqué la tendance de l’Amérique à débattre de l’éthique alors que la Chine n’hésite pas à faire des « investissements massifs » pour développer cette technologie.

Dans les semaines à venir, N.Chaillan témoignera devant le Congrès sur la menace cybernétique croissante que représente la Chine pour les intérêts américains.

Après avoir démissionné, Chaillan a déclaré : « À ce stade, je suis juste fatigué de chercher continuellement du soutien et de l’argent pour faire mon travail. » Parlant de son travail au Pentagone, il a déclaré que c’était « probablement le plus difficile et le plus exaspérant de toute ma carrière ».

Note de la rédaction : Il ne manquait plus qu’un plaidoyer apocalyptique et larmoyant d’un haut fonctionnaire du Pentagone pour permettre au Congrès de se débarrasser définitivement de « la tendance de l’Amérique à débattre de l’éthique » en ce qui concerne les intelligences artificielles… L’enfer est toujours pavé de bonnes intentions c’est ce que l’on dit… Petit à petit la Chine impose au monde son nouvel ordre mondial.

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, TWITTER et VK

Source
New York Post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Afin de garantir la pérennité du site, nous vous invitons à mettre le site en exception dans votre bloqueur de publicités. Merci !