Politique et Géopolitique

Les comptes sur les réseaux sociaux pourraient bientôt nécessiter une pièce d’identité numérique en France et au Royaume-Uni

La France et le Royaume-Uni ont pris des mesures en vue d’interdire les comptes anonymes sur les réseaux sociaux.

Le site web du Sénat français a publié un nouveau projet de loi proposant la création d’une autorité de surveillance indépendante chargée de collecter les identités des utilisateurs lorsqu’ils s’inscrivent sur des plateformes en ligne.

Selon le sénateur Alain Cadec, la création de cette nouvelle loi permettrait de mettre fin à une augmentation observée de la cyberintimidation et faciliterait la poursuite des délinquants potentiels.

« La proposition de loi vise ainsi à faciliter l’identification des auteurs d’infractions, et à contribuer à mettre fin au réel sentiment d’impunité des auteurs de messages haineux, racistes, homophobes ou sexistes », peut-on lire dans l’exposé des motifs de la proposition de loi.

Selon le nouveau document, la présentation d’un scan de leur pièce d’identité lors de l’inscription ferait prendre conscience aux utilisateurs qu’ils peuvent être identifiés rapidement, et aurait donc un effet dissuasif sur les comportements délinquants.

L’autorité administrative indépendante proposée serait composée de représentants des plateformes, des utilisateurs, des parlementaires et des magistrats, et serait présidée par un membre du Parlement.

Les missions de l’autorité comprendraient la collecte en ligne et la création de profils des  » données et informations officielles permettant d’identifier les utilisateurs établis sur le territoire français des plateformes et réseaux sociaux dépassant un certain seuil d’audience en France « .

Les données d’identification seraient transmises à la demande du juge en cas d’activité criminelle, ce qui « éviterait d’être soumis au bon vouloir d’une entreprise située en Californie ou ailleurs dans le monde. »

En outre, les propositions de loi suggèrent la création d’un identifiant numérique en ligne non nominatif qui permettrait de finaliser l’enregistrement auprès des plateformes et des réseaux sociaux, et qui serait détenu par l’autorité.

Le ministre britannique de l’intérieur suggère une interdiction.

Lors d’un entretien avec Sky News en début de semaine, la ministre britannique de l’intérieur Priti Patel n’a pas exclu d’interdire les comptes anonymes sur les médias sociaux.

Cette nouvelle intervient quelques jours après le meurtre du député Sir David Amess, qui a suscité des appels en faveur d’une nouvelle réglementation des médias sociaux (voir notre article sur le sujet) , au motif que des outils en ligne auraient pu être utilisés pour planifier le crime.

Commentant la nouvelle, Matthew Feeney, directeur du projet sur les technologies émergentes du Cato Institute, a déclaré qu' »une telle proposition devrait inquiéter tous ceux qui accordent de l’importance aux libertés civiles ».

Dans un billet de blog publié sur le site du Cato Institute, M. Feeney a déclaré que « si des acteurs désagréables et criminels utilisent des comptes anonymes sur les médias sociaux, ce fait ne doit pas faire oublier aux législateurs la valeur de l’expression anonyme. »

Lier les identités numériques aux comptes de médias sociaux n’est pas un concept nouveau au Royaume-Uni, le pays travaillant déjà sur un projet de loi sur la sécurité axé sur la vérification biométrique de l’âge pour l’inscription aux médias sociaux.

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, TWITTER et VK

Source
Biometric Update

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Afin de garantir la pérennité du site, nous vous invitons à mettre le site en exception dans votre bloqueur de publicités. Merci !