Santé et Environnement

Une envie de sauterelles ou de larves ? L’Union européenne approuve l’utilisation des insectes dans l’alimentation

Depuis des millénaires, les criquets perturbent l’alimentation humaine en dévorant les cultures. Mais l’Union européenne est peut-être en train de changer la donne. Maintenant, ce sont les criquets qui sont servis.

Vendredi, la Commission européenne a ajouté le locusta migratoria, l’espèce de criquet la plus répandue, à sa liste d’aliments autorisés à la vente dans l’Union européenne. L’insecte sera considéré comme un « nouvel aliment » lorsqu’il sera vendu sous forme congelée, séchée et en poudre, a annoncé l’exécutif européen.

« Il est destiné à être commercialisé comme encas ou comme ingrédient alimentaire, dans un certain nombre de produits alimentaires », a précisé la Commission européenne dans un communiqué. « Dans les formes congelées et séchées, les pattes et les ailes doivent être retirées par l’exploitant du secteur alimentaire afin de réduire le risque de constipation intestinale. »

La décision, qui fait suite à une demande d’une entreprise néerlandaise qui élève des criquets et d’autres insectes, s’inscrit dans le cadre d’un changement d’approche de l’Union européenne vis-à-vis des aliments à base d’insectes.

En juin, la Commission européenne a ajouté les larves séchées du ver de farine jaune du coléoptère Tenebrio molitor à sa liste d’aliments autorisés. Les larves pourraient être « utilisées comme insecte entier séché sous forme de snacks, et comme ingrédient alimentaire dans un certain nombre de produits alimentaires, la population cible étant la population générale. »

Les deux insectes ont été ajoutés à la liste après avoir reçu le soutien de l’Autorité européenne de sécurité des aliments. L’EFSA a également donné récemment son aval aux grillons entiers, en notant que cet aliment n’était « pas désavantageux sur le plan nutritionnel », bien que les grillons n’aient pas encore été ajoutés à la liste des nouveaux aliments.

Le règlement de l’UE sur les nouveaux aliments existe depuis 1997, l’organisme supranational définissant le terme comme « les aliments nouvellement développés et innovants, les aliments produits à l’aide de nouvelles technologies et de nouveaux procédés de production, ainsi que les aliments qui sont ou ont été traditionnellement consommés en dehors de l’UE ».

Bien que la consommation d’insectes ne soit pas la norme en Europe, elle est loin d’être inhabituelle dans certaines parties du monde. Au Mexique et dans d’autres régions d’Amérique centrale, on mange des sauterelles grillées, souvent comme en-cas ou avec de l’alcool. Assaisonnées de sel, de piments et de jus de citron vert, elles sont connues sous le nom de chapulines.

Les grillons sont également consommés régulièrement en Thaïlande et dans d’autres régions d’Asie. La Commission européenne admet que les insectes sont déjà au menu dans certaines parties de l’Europe, car les insectes entiers ne sont pas soumis aux mêmes restrictions d’approbation. Selon une estimation des Nations unies, environ 2 milliards de personnes incluent déjà des insectes dans leur régime alimentaire.

Ces dernières années, des efforts ont été déployés pour accroître la consommation d’insectes, leurs défenseurs faisant valoir qu’ils peuvent être tout aussi nutritifs que la viande et meilleurs pour l’environnement, car leur culture ne nécessite pas de grandes superficies de terre et ne produit pas de gaz à effet de serre comme le méthane à grande échelle.

Au début de l’année, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié un rapport sur les insectes du point de vue de la sécurité alimentaire, appelant à des recherches supplémentaires sur l’impact de l’élevage massif d’insectes destinés à la consommation sur la sécurité alimentaire.

Dans sa déclaration, la Commission européenne a indiqué que c’était « aux consommateurs de décider s’ils veulent ou non manger des insectes. »

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, GETTR et VK

Source
The Washington Post

Un commentaire

  1. quel dégoût!
    De plus quand on sait la quantité de pesticide dont ils sont aspergés et qu’ils ingèrent on imagine les bienfaits pour la santé effectivement! du grand n’importe quoi!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page