Politique et GéopolitiqueSanté et Environnement

Variant Omicron : Les CDC américains vont collecter de nombreuses données privées sur les voyageurs d’Afrique australe

Les autorités américaines ont ordonné aux compagnies aériennes de divulguer les noms des passagers et d’autres informations sur ceux qui ont récemment séjourné dans huit pays d’Afrique australe et de les transmettre aux agences de santé publique locales et étatiques, selon des documents consultés par Reuters.

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont indiqué aux compagnies aériennes, dans une lettre datant de mardi 30 novembre 2021, qu’elles devaient communiquer les noms et les coordonnées de tous les voyageurs qui, dans les 14 jours, se sont rendus au Botswana, en Eswatini, au Lesotho, au Malawi, au Mozambique, en Namibie, en Afrique du Sud et au Zimbabwe, en invoquant « l’émergence de la variante Omicron du virus responsable du COVID-19 ».

« (Le CDC) fournira les coordonnées de ces passagers aux partenaires de santé publique locaux et étatiques de la juridiction pour un suivi de santé publique. Ce suivi peut inclure des recommandations pour un éventuel dépistage viral après l’arrivée, une mise en quarantaine et un isolement », a indiqué l’agence aux compagnies aériennes.

Depuis le 8 novembre, le CDC a demandé à toutes les compagnies aériennes de recueillir des informations sur la recherche des contacts de tous les passagers aériens internationaux, mais ne leur a pas demandé de communiquer ces noms.

La nouvelle directive, qui est entrée en vigueur mardi dernier et a été vue par Reuters, oblige les compagnies aériennes à fournir ces informations dans les 24 heures suivant l’arrivée aux États-Unis de passagers ayant séjourné dans l’un des huit pays africains.

Les informations recueillies comprennent le nom complet, l’adresse complète pendant le séjour aux États-Unis, le numéro de téléphone du contact principal, le numéro de téléphone du contact secondaire ou d’urgence, et l’adresse électronique.

Lundi, les États-Unis ont interdit l’accès à presque tous les ressortissants étrangers qui ont séjourné dans l’un des pays d’Afrique australe.

Par ailleurs, les CDC ont confirmé mardi en fin de journée qu’ils allaient exiger que tous les voyageurs aériens entrant dans le pays présentent un test COVID-19 négatif effectué dans la journée précédant leur départ, en réponse aux inquiétudes suscitées par une nouvelle variante du coronavirus.

Actuellement, les voyageurs aériens internationaux vaccinés peuvent présenter un résultat de test négatif obtenu dans les trois jours suivant leur point de départ. Presque tous les ressortissants étrangers doivent être vaccinés pour entrer aux États-Unis. Les personnes non vaccinées doivent désormais présenter un test COVID-19 négatif dans un délai d’un jour après leur arrivée.

Cette nouvelle exigence de test dans la journée s’appliquerait aussi bien aux citoyens américains qu’aux ressortissants étrangers.

Le gouvernement Biden envisage également d’exiger que les voyageurs aériens subissent un autre test COVID-19 dans les trois à cinq jours suivant leur arrivée aux États-Unis, ont indiqué des responsables.

L’administration pourrait exiger des passagers internationaux qu’ils soumettent une « attestation » qui les obligerait également à suivre tous les ordres de santé publique des États et des localités.

United Airlines et Delta Air Lines n’ont apporté aucun changement à leurs vols directs depuis l’Afrique du Sud depuis l’entrée en vigueur des nouvelles restrictions de voyage.

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, GETTR et VK

Source
Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page