Santé et EnvironnementScience et Technologie

La variante Omicron a probablement récupéré un morceau du virus du rhume

Selon des chercheurs, la variante Omicron du virus responsable du COVID-19 a probablement acquis au moins une de ses mutations en récupérant un bout de matériel génétique d’un autre virus – peut-être un virus responsable du rhume – présent dans les mêmes cellules infectées.

Cette séquence génétique n’apparaît dans aucune des versions antérieures du coronavirus, appelé SARS-CoV-2, mais elle est omniprésente dans de nombreux autres virus, y compris ceux qui causent le rhume, ainsi que dans le génome humain, ont indiqué les chercheurs.

En insérant ce fragment particulier dans son génome, Omicron pourrait se donner une apparence « plus humaine », ce qui l’aiderait à échapper aux attaques du système immunitaire humain, a déclaré Venky Soundararajan, de la société d’analyse de données nference, basée à Cambridge (Massachusetts), qui a dirigé l’étude publiée jeudi sur le site Web OSF Preprints.

Cela pourrait signifier que le virus se transmet plus facilement, tout en ne provoquant qu’une maladie légère ou asymptomatique. Les scientifiques ne savent pas encore si Omicron est plus infectieux que les autres variantes, s’il provoque une maladie plus grave ou s’il va dépasser Delta comme variante la plus répandue. Il faudra peut-être plusieurs semaines pour obtenir des réponses à ces questions.

Selon des études antérieures, les cellules des poumons et du système gastro-intestinal peuvent héberger simultanément le SRAS-CoV-2 et les coronavirus du rhume. Une telle co-infection ouvre la voie à la recombinaison virale, un processus au cours duquel deux virus différents présents dans la même cellule hôte interagissent tout en se reproduisant, générant de nouvelles copies qui contiennent du matériel génétique provenant des deux « parents ».

Cette nouvelle mutation pourrait être apparue pour la première fois chez une personne infectée par les deux agents pathogènes, lorsqu’une version du SRAS-CoV-2 a récupéré la séquence génétique de l’autre virus, ont déclaré Soundararajan et ses collègues dans l’étude, qui n’a pas encore été examinée par des pairs.

La même séquence génétique apparaît de nombreuses fois dans l’un des coronavirus à l’origine des rhumes – connu sous le nom de HCoV-229E – et dans le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) à l’origine du sida, a précisé M. Soundararajan.

L’Afrique du Sud, où Omicron a été identifié pour la première fois, a le taux le plus élevé au monde de VIH, qui affaiblit le système immunitaire et augmente la vulnérabilité d’une personne aux infections par des virus de rhume et d’autres agents pathogènes. Dans cette partie du monde, il y a de nombreuses personnes chez qui la recombinaison qui a ajouté cet ensemble omniprésent de gènes à Omicron a pu se produire, a déclaré Soundararajan.

« Nous avons probablement manqué de nombreuses générations de recombinaisons » qui se sont produites au fil du temps et qui ont conduit à l’émergence d’Omicron, a ajouté Soundararajan.

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, GETTR et VK

Source
Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page