ActualitésSanté et Environnement

Du verre retrouvé dans des flacons de Remdesivir, Gilead rappelle des milliers de doses pouvant entraîner la mort

Gilead Sciences Inc. a déclaré qu’elle rappelait des dizaines de milliers de flacons de remdesivir, son traitement médicamenteux COVID-19, en raison d’une contamination par du verre, ce qui pourrait entraîner des effets indésirables sur la santé, comme un accident vasculaire cérébral ou même la mort.

La société a déclaré vendredi qu’elle procéderait à un rappel volontaire de deux lots du produit contre le coronavirus aux États-Unis après avoir reçu une plainte d’un client et déterminé que certains flacons étaient contaminés.

Le rappel concerne jusqu’à 55 000 flacons, ce qui est suffisant pour traiter 11 000 patients hospitalisés pour le COVID-19, a déclaré Chris Ridley, porte-parole de la société, à Bloomberg. M. Ridley a ajouté que le rappel de la société n’aurait pas d’impact sur l’approvisionnement mondial du médicament.

Gilead a déclaré vendredi qu’elle n’avait pas encore reçu de rapports d’événements sanitaires négatifs liés au rappel, mais elle a prévenu que la contamination du verre pourrait avoir de graves conséquences.

« L’administration d’un produit injectable qui contient des particules de verre peut entraîner une irritation ou un gonflement local. Si les particules de verre atteignent les vaisseaux sanguins, elles peuvent se déplacer vers divers organes et bloquer les vaisseaux sanguins du cœur, des poumons ou du cerveau, ce qui peut provoquer un accident vasculaire cérébral et même entraîner la mort », a déclaré la société.

Gilead a déclaré qu’elle s’efforçait d’informer les pharmacies hospitalières du rappel et de faciliter le retour de tous les traitements de remdesivir concernés, vendus sous le nom de marque Veklury.

« Les hôpitaux qui disposent de Veklury faisant l’objet d’un rappel doivent cesser d’utiliser les lots concernés et renvoyer les flacons du produit conformément aux instructions », a ajouté la société. « Les consommateurs doivent contacter leur médecin ou leur prestataire de soins s’ils ont rencontré des problèmes qui pourraient être liés à la prise ou à l’utilisation de ce produit pharmaceutique. »

On voit ici un flacon de remdesivir en train d’être préparé pour être injecté à un patient atteint du corona à l’All India Institute of Medical Sciences le 6 mai 2021 à New Delhi, en Inde. Pallava Bagla/Getty Images

Le traitement antiviral a été initialement développé pour traiter Ebola et approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) pour le traitement des patients hospitalisés atteints du COVID-19 en octobre 2020. Le traitement est autorisé pour les patients âgés d’au moins 12 ans et pesant au moins 40 kilogrammes, et est « distribué en flacons de verre transparent à dose unique sous forme de poudre et reconstitué sur le site d’utilisation », selon la société.

Selon The Hill, une étude réalisée en septembre a montré que le remdesivir pouvait réduire les hospitalisations jusqu’à 87 % chez les personnes à haut risque lorsque le virus était détecté précocement.

« Il s’agit du premier traitement antiviral dont il est prouvé qu’il aide les patients hospitalisés pour le COVID-19 à se rétablir plus rapidement – un avantage significatif pour les patients et leurs familles, pour les prestataires de soins et les hôpitaux, et pour la société dans son ensemble », a déclaré le directeur médical de Gilead, Merdad Parsey, dans une lettre partagée avec Newsweek.

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, GETTR et VK

Source
Newsweek

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page