ActualitésSanté et Environnement

La FDA déclare qu’elle a maintenant besoin de 75 ans pour publier intégralement les données sur le vaccin COVID-19 de Pfizer

La Food and Drug Administration (administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) demande à un juge de lui accorder 75 ans pour produire les données concernant le vaccin Pfizer et BioNTech, soit 20 ans de plus qu’une demande précédente.

La FDA a indiqué au tribunal qu’elle pouvait travailler plus rapidement que le rythme de 500 pages par mois proposé précédemment, mais elle a également déclaré qu’il y avait plus de 59 000 pages supplémentaires par rapport à ce qui avait été mentionné dans une demande antérieure.

Cette découverte, et le désir de s’assurer qu’elle peut répondre à d’autres demandes en vertu de la loi sur la liberté d’information en même temps, ont incité la FDA à demander au juge d’autoriser la divulgation d’environ 12 000 pages d’ici le 31 janvier 2022 et de 500 pages par mois par la suite.

Ce délai permettrait d’atteindre au moins 2096, a écrit Aaron Siri, un avocat travaillant sur l’affaire, dans un billet de blog.

« Si vous trouvez ce que vous lisez difficile à croire, c’est parce qu’il est dystopique pour le gouvernement de donner des milliards à Pfizer, d’obliger les Américains à prendre son produit, d’interdire aux Américains d’intenter des poursuites pour les préjudices subis, mais de refuser aux Américains de voir les données qui sous-tendent son autorisation de mise sur le marché », a déclaré Siri.

L’affaire a été portée devant les tribunaux au nom du groupe Public Health and Medical Professionals for Transparency, qui a déclaré que la FDA ne répondait pas à sa demande de données en temps voulu.

Le groupe comprend le Dr Carole Browner, professeur de recherche à la David Geffen School of Medicine de l’Université de Californie-Los Angeles, Peter Doshi, professeur associé à la School of Pharmacy de l’Université du Maryland, et le Dr Harvey Risch, professeur d’épidémiologie à la Yale School of Public Health.

Le groupe affirme que les données doivent être rendues publiques rapidement car la FDA n’a passé que 108 jours à les examiner avant d’accorder une autorisation d’utilisation d’urgence au vaccin Pfizer-BioNTech.

La question est d’autant plus urgente que des millions d’Américains sont contraints de se faire vacciner sous peine de subir des répercussions, telles que la perte de l’accès aux entreprises et le licenciement.

Le vaccin de Pfizer est le seul à avoir été approuvé par les autorités de réglementation des médicaments. Les approbations signifient que les produits ont atteint un seuil de sécurité et d’efficacité plus élevé que ceux qui ont reçu une autorisation d’urgence.

« L’objectif principal de la loi sur la liberté d’information est la transparence du gouvernement. Dans de nombreux cas récents, en confirmant l’exigence de la FOIA (Freedom of Information Act) de ‘rendre les documents rapidement disponibles’, les tribunaux ont exigé que les agences, y compris la FDA, produisent 10 000 pages ou plus par mois, et ces cas ne concernaient pas une demande aussi importante – c’est-à-dire les données sous-jacentes à l’homologation d’un produit sans garantie que le gouvernement fédéral exige que presque tous les Américains reçoivent », a déclaré Siri.

« Alors que la pandémie actuelle fait rage, un examen indépendant de ces documents par des scientifiques extérieurs est nécessaire de toute urgence pour aider à remédier aux lacunes et aux problèmes de la réponse à la pandémie à ce jour. »

La FDA a déclaré que son Centre d’évaluation et de recherche sur les produits biologiques conserve les documents demandés par le plaignant, mais qu’il ne compte que 10 employés, et que deux d’entre eux sont nouveaux, ce qui les rend plus lents à traiter les pages que les autres travailleurs.

Chaque ligne de chaque page doit être examinée pour s’assurer que les expurgations appropriées sont appliquées, indique le dépôt.

En outre, un rythme plus rapide que celui demandé détournerait « des ressources significatives du traitement d’autres demandes FOIA qui font également l’objet d’un litige » et des demandes qui sont arrivées avant la demande en question, a déclaré l’agence. « En somme, le calendrier de traitement proposé par la FDA est équitable pour le plaignant. »

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, GETTR et VK

Source
The Epoch Tomes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page