ActualitésScience et Technologie

Fuite de documents : WhatsApp et Apple iMessage partagent les données des utilisateurs avec le FBI

Un document récemment publié a mis en lumière la controverse actuelle sur les problèmes de confidentialité auxquels sont confrontés les utilisateurs d’applications de messagerie, les applications populaires iMessage et WhatsApp étant les plus « permissives » pour le FBI en matière d’accès aux données et au contenu.

Le document obtenu par Rolling Stone présente un aperçu des données auxquelles il est possible d’accéder à partir de neuf applications de messagerie populaires.

Intitulé « Lawful Access », le document décrit la capacité des organismes chargés de l’application de la loi, tels que le FBI, à « accéder légalement à des contenus sécurisés » sur les principales applications de messagerie. Les neuf applications citées sont iMessage, Line, Signal, Telegram, Threema, Viber, WeChat, WhatsApp et Wickr.

Préparé par la Direction des sciences et des technologies et la Division des technologies opérationnelles du FBI et daté du 7 janvier 2021, le document résume les informations qui peuvent être obtenues à partir des applications de messagerie, révélant que WhatsApp, propriété de Facebook (désormais Meta), et iMessage, propriété d’Apple, sont les plus libres en ce qui concerne les informations fournies aux forces de l’ordre.

La plus populaire, mais la moins sûre.

WhatsApp a fait l’objet de critiques au début de l’année après qu’une mise à jour logicielle récemment annoncée a suscité de nombreuses inquiétudes quant à la protection de la vie privée, et les utilisateurs se sont tournés vers Signal et Telegram, y compris le milliardaire Elon Musk. La société a réagi en affirmant qu’elle ne « tient pas de registre des personnes qui échangent des messages ou des appels ».

Cependant, le document du FBI montre qu’une telle affirmation n’est pas tout à fait vraie. WhatsApp rejoint iMessage et Line en s’engageant à remettre le contenu « limité » des messages d’une personne ciblée, tandis que les autres ne fournissent aucun contenu de message.

C’est également la seule application répertoriée à utiliser un registre à traçabilité. Toutes les 15 minutes, ce registre capture les données de l’utilisateur, notamment la source, la destination et l’heure de chaque message, fournissant ainsi un compte rendu détaillé du journal des appels et des contacts de l’utilisateur.

D’autres informations sur WhatsApp sont fournies au FBI par le biais d’une ordonnance du tribunal, qui renvoie les « dossiers des abonnés », et d’un mandat de perquisition qui renvoie les « contacts du carnet d’adresses » et les « utilisateurs bloqués ».

Dans le cadre du mandat de perquisition, WhatsApp donnera également des détails sur les autres utilisateurs qui ont la personne ciblée dans leurs contacts. Bien qu’un porte-parole de WhatsApp ait attesté à Rolling Stone que la société n’a pas fourni le contenu des messages au FBI, les données que la société fournit révèlent tout de même qui s’envoie des messages, quand et à quelle fréquence, ainsi que les autres contacts de leur carnet d’adresses.

« WhatsApp offrant toutes ces informations est dévastateur pour un journaliste communiquant avec une source confidentielle », a déclaré à Rolling Stone Daniel Kahn Gillmor, technologue principal à l’American Civil Liberties Union.

De son côté, iMessage d’Apple fournit également un contenu de message « limité », ainsi que des informations sur les abonnés, 25 jours de données sur les recherches dans iMessage, et qui a recherché l’utilisateur ciblé dans iMessage.

Toutefois, si l’individu utilise la sauvegarde iCloud pour ses messages, le FBI peut obtenir ces sauvegardes, ce qui signifie que le contenu réel des messages peut être consulté. « Vous remettez à quelqu’un d’autre la clé pour qu’il la garde en votre nom », a déclaré Mallory Knodel, du Center for Democracy and Technology.

Le document a conduit Mallory Knodel, responsable de la technologie au Center for Democracy and Technology, à résumer que « les applications de messagerie chiffrée les plus populaires, iMessage et WhatsApp, sont aussi les plus permissives ».

WhatsApp est actuellement l’application de messagerie mobile la plus populaire, avec plus de 2 milliards d’utilisateurs mensuels, Facebook Messenger et WeChat étant respectivement deuxième et troisième. Telegram, axé sur la protection de la vie privée, occupe la cinquième place, avec 550 millions d’utilisateurs mensuels.

L’application iMessage d’Apple est utilisée par 1,3 milliard de personnes dans le monde, car elle est fournie en standard sur les iPhones de la société.

Alternatives en matière de protection de la vie privée.

Le document du FBI indique également que les applications de messagerie Signal et Telegram, axées sur la protection de la vie privée, sont restées fidèles à leur objectif initial, à savoir fournir le moins de données possible aux forces de l’ordre.

Toutes deux n’ont fourni aucun contenu de message, et Telegram n’a fourni « aucune information de contact » au FBI, même avec une ordonnance du tribunal.

Signal a simplement fourni la date et l’heure d’enregistrement d’un utilisateur sur l’application, ainsi que la « dernière date » de connexion de l’utilisateur à l’application.

Ce document nouvellement publié intervient après une attention accrue portée à la surveillance et à la censure des Big Tech au cours de l’année dernière, notamment en ce qui concerne des questions telles que la fraude électorale lors des élections américaines de 2020, et la « désinformation » COVID-19.

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, GETTR et VK

Source
Rolling Stone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page