Politique et GéopolitiquePsychologie

Une initiative britannique en faveur de la vaccination obligatoire créerait une « sous-classe de personnes », avertit Big Brother Watch

L’introduction des laissez-passer Covid en Angleterre conduira à une vaccination obligatoire, créant une « sous-classe de personnes traitées comme impures, dangereuses et exclues », a averti le groupe de campagne pour la protection de la vie privée et des libertés civiles Big Brother Watch.

La nuit dernière, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé l’élargissement du port du masque et la réintroduction du dispositif de conseil en matière de travail à domicile. Il a également annoncé, et c’est une bombe, que l’Angleterre n’aurait plus l’honneur de faire partie du nombre décroissant de pays européens n’ayant pas mis en place de passeports vaccinaux, en précisant qu’à partir de la semaine prochaine, il sera nécessaire de présenter son statut vaccinal ou la preuve d’un test négatif pour entrer dans certains grands lieux tels que les boîtes de nuit et les stades.

De manière choquante, le premier ministre a également clairement indiqué qu’il pense que le Royaume-Uni pourrait avoir besoin d’une « discussion nationale » sur la vaccination obligatoire ; une menace condamnée par le leader du Brexit Nigel Farage et plusieurs députés conservateurs.

Silkie Carlo, directeur du groupe de défense des libertés civiles et du droit à la vie privée Big Brother Watch, a prévenu jeudi que la prochaine étape serait la vaccination obligatoire, déclarant à Julia Hartley-Brewer de talkRADIO : « Si quelqu’un a attendu le moment où il allait se révolter, ce moment est arrivé. »

« Il s’agit de cette création d’une sous-classe de personnes qui sont traitées comme impures, peu sûres et exclues. Ils doivent porter leurs papiers. Ils sont une sorte de catégorie différente de citoyens, parce qu’ils n’ont pas décidé de se faire vacciner ou qu’ils ne veulent pas avoir de rappel. »

Le Premier ministre avait fait remarquer mercredi soir que, pour l’instant, une personne aurait besoin de deux doses pour être considérée comme éligible au Pass Covid, mais cela était en cours de révision, ce qui signifie que des rappels ultérieurs pourraient être nécessaires pour que les passeports restent valides. Mme Carlo a prévenu que « c’est le propre d’un autoritaire. Les règles ne cessent d’augmenter, et les seules personnes qui vont avoir une vie relativement facile sont celles qui disent, sans condition, je me soumets, je me conforme à toute demande. Mais ce n’est pas ce que fait un peuple libre. »

« Où diable cela va-t-il finir ? Ça ne finira pas. C’est à cela que les gens doivent se réveiller », a déclaré le chef de Big Brother Watch, poursuivant : « Nous avons vu ce qui s’est passé en Australie, en Autriche, en Allemagne, en Italie, partout ailleurs. La voie à suivre est très claire, maintenant. Ne regardons pas cela à travers le prisme des stades de football et des boîtes de nuit. C’est le franchissement du Rubicon qui fait de nous une société « Papiers, s’il vous plaît ». Pour la première fois depuis très longtemps en Grande-Bretagne, on demande aux gens de présenter des papiers ».

Répondant à une question d’un membre du public hier soir sur les vaccinations obligatoires, le Premier ministre Johnson a déclaré qu’il ne pensait pas que le pays puisse continuer à avoir des restrictions « simplement parce qu’une proportion substantielle de la population n’a malheureusement toujours pas été vaccinée ».

« Et je pense que nous devrons avoir une conversation nationale sur la voie à suivre. Et les autres choses que nous pouvons faire pour protéger ceux qui sont difficiles à atteindre, qui n’ont pas été vaccinés pour une raison ou une autre… C’est donc à ce moment-là que nous devrons discuter sérieusement de la possibilité de ne plus penser à d’autres NPI [interventions non pharmaceutiques] », avait déclaré M. Johnson.

À la question de savoir si le gouvernement prévoyait d’avoir une telle « conversation nationale » sur les vaccinations obligatoires, le ministre de la Santé Sajid Javid a répondu ce matin à Sky News : « Non, je n’ai aucun intérêt pour la vaccination obligatoire – à part dans les milieux à haut risque du système national de santé et des services sociaux ».

« À part cela, si vous parlez d’une vaccination obligatoire universelle, je pense que, d’un point de vue éthique, c’est une erreur, mais aussi d’un point de vue très pratique, cela ne fonctionnerait tout simplement pas. Se faire vacciner doit être une décision positive », a ajouté M. Javid.

Cependant, ses objections morales et son manque d’intérêt ne se traduisent pas par une position politique ou une politique, le ministre de la santé n’ayant pas une seule fois, au cours de l’échange avec le présentateur de l’information de l’establishment, exclu catégoriquement la politique, avant que l’animateur Niall Paterson ne passe rapidement à autre chose, en disant : « J’ai l’impression qu’on peut ranger celle-là, alors ».

D’autres médias ont été beaucoup plus fermes en mettant les ministres au défi de se prononcer clairement contre la vaccination obligatoire. Ainsi, la semaine dernière, Mme Hartley-Brewer a tenté à plusieurs reprises de déterminer la position du président du Parti conservateur, Oliver Dowden, sur la vaccination obligatoire, et le ministre s’est contenté de répondre en des termes peu engageants qu’il n’était pas « d’accord » pour forcer les citoyens à subir des interventions médicales et que c’était quelque chose que le gouvernement « espérons-le, n’aura pas à faire ».

Les volte-face sont devenues la marque de fabrique du gouvernement de Boris Johnson pendant la pandémie, notamment sur la question des passeports nationaux de vaccination, alors qu’il y a tout juste un an, des ministres de premier plan promettaient qu’il n’y aurait pas d’introduction d’une telle société « papiers, s’il vous plaît ».

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, GETTR et VK

Source
Breitbart

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page