Conscience et SpiritualitéScience et Technologie

La NASA se tourne vers les érudits religieux pour obtenir des réponses

La NASA a sollicité l’aide de théologiens pour examiner la réaction du monde si une vie sensible était découverte sur d’autres planètes et les conséquences d’une telle découverte sur les croyances profondes concernant la divinité et la création.

L’agence spatiale américaine a recruté jusqu’à présent quelque 24 universitaires pour participer à un programme au Center of Theological Inquiry (CTI) de l’université de Princeton, dans le New Jersey. Le centre – qui a reçu une subvention de 1,1 million de dollars de la NASA en 2014 – cherche à construire des « ponts de compréhension » entre les universitaires de diverses disciplines, les scientifiques et les décideurs politiques sur les « préoccupations mondiales. »

Selon le Daily Mail, le programme vise apparemment à répondre à des questions aussi vastes que « qu’est-ce que la vie ? Qu’est-ce que cela signifie d’être vivant ? Où se situe la limite entre l’humain et l’extraterrestre ? Quelles sont les possibilités de vie sensible dans d’autres lieux ? »

La semaine dernière, le directeur du CTI, Will Storrar, a déclaré au Times que l’objectif de la NASA pour le programme était « une érudition sérieuse publiée dans des livres et des revues » pour aborder « l’émerveillement profond et le mystère et l’implication de la découverte de la vie microbienne sur une autre planète ».

« Nous ne découvrirons peut-être pas la vie avant 100 ans. Ou nous pourrions la découvrir la semaine prochaine », a déclaré un expert de la NASA au journal, qui a ajouté que le département « astrobiologie » de l’agence, en pleine expansion, cherchait de nouvelles réponses à des questions ancestrales depuis environ 25 ans.

Parmi ceux qui ont participé au programme CTI figure Andrew Davison, prêtre et théologien à l’université de Cambridge, titulaire d’un doctorat en biochimie. Davison, qui a fait partie de la cohorte 2016-2017 du programme, a noté dans un billet de blog que les « traditions religieuses » étaient une « caractéristique importante de la façon dont l’humanité travaillerait à travers une telle confirmation de la vie ailleurs. »

Pour cette raison, [la religion] fait partie de l’objectif permanent de la NASA de soutenir les travaux sur « les implications sociétales de l’astrobiologie », en collaboration avec diverses organisations partenaires.

D’autres personnalités religieuses, dont l’évêque de Buckingham Alan Wilson, le rabbin Jonathan Romain de la synagogue de Maidenhead et l’imam Qari Asim de la mosquée Makkah à Leeds, ont déclaré au Times que l’enseignement chrétien, juif et islamique ne serait pas affecté par la découverte de vie extraterrestre.

Entre-temps, Carl Pilcher, ancien directeur de l’Institut d’astrobiologie de la NASA, a déclaré que l’agence « accordait une importance accrue à des questions qui, avant le XXe siècle, étaient largement réservées à la philosophie, à la théologie et à la religion. »

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, GETTR et VK

Source
RTDaily Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page