Politique et Géopolitique

Telegram menacé de fermeture par un pays de l’Union Européenne !

Berlin a déclaré qu’il pourrait débrancher le populaire service de messagerie s’il ne se conforme pas à la loi allemande sur les contenus interdits.

Le ministre allemand de l’intérieur a clairement fait savoir que Berlin ne plaisantait pas à Telegram s’il ne respectait pas la législation du pays. Si l’application de messagerie populaire ne supprime pas les contenus illégaux, Berlin est prêt à la bloquer dans le pays.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire Die Zeit, la Ministre de l’intérieur, Nancy Faeser a déclaré que le gouvernement allemand ne pouvait « exclure en soi » le blocage de Telegram dans le pays. La fonctionnaire s’est empressée de nuancer sa menace, ajoutant qu’un tel scénario serait « très grave et clairement un dernier recours », et ne serait mis en œuvre qu’après avoir épuisé toutes les autres options.

M. Faeser a également déploré le fait que toutes les tentatives de communication avec Telegram de la part du ministère fédéral allemand de la Justice n’aient pas abouti jusqu’à présent.

Le ministre de l’intérieur a souligné que les extrémistes répandaient la haine et préparaient des attentats à l’aide de l’application, Telegram adoptant une approche de laissez-faire à l’égard de ces activités, ce que le gouvernement allemand espère changer.

La loi allemande sur le contrôle des réseaux oblige les plateformes de médias sociaux à supprimer rapidement les contenus illégaux après réception d’une plainte officielle. M. Faeser a souligné que Telegram devait également se conformer à cette législation et a déclaré que la mise au pas de la messagerie était « l’un des points les plus importants ».

Le gouvernement allemand souhaite une approche européenne commune envers Telegram et les services similaires. La ministre a expliqué qu' »aujourd’hui, Telegram opère depuis Dubaï, demain peut-être depuis les îles Caïmans », et que l’Allemagne aura donc « besoin de beaucoup de force pour faire appliquer la loi ». Elle a ajouté que « l’Allemagne seule n’y parviendra pas » et que Berlin a déjà entamé des consultations avec d’autres pays européens.

En décembre de l’année dernière, la police allemande a arrêté un groupe de personnes dans la ville de Dresde qui, selon les autorités, avaient planifié le meurtre du ministre-président de Saxe, Michael Kretschmer. Les suspects auraient fait un usage intensif de Telegram, partageant dans leur discussion de groupe, entre autres, des instructions sur la façon de fabriquer des explosifs. Selon les rapports des médias allemands, un groupe néo-nazi américain a également été impliqué dans la planification de l’attaque.

Cette histoire a mis en lumière l’utilisation de Telegram par des groupes extrémistes, et les autorités allemandes se sont concentrées sur le service de messagerie.

Ce n’est pas la première fois que Telegram se retrouve dans une situation délicate avec les gouvernements en raison de sa réticence à coopérer. En fait, en 2018, le service a été interdit en Russie après que son fondateur, Pavel Durov, a refusé d’accorder au Service fédéral de sécurité russe (FSB) l’accès aux clés de chiffrement afin qu’il puisse surveiller les activités criminelles, comme l’exige la loi russe sur la protection des données. Pourtant, au bout de deux ans, les autorités ont fini par lever l’interdiction, qui s’était avérée difficile à faire respecter efficacement, les utilisateurs contournant facilement les obstacles imposés par le gouvernement à l’aide de services VPN. À ce jour, Telegram figure parmi les applications de messagerie les plus populaires en Russie.

Pavel Durov, fondateur de l’application Telegram

Pavel Durov, le fondateur de Telegram a aussi créé le réseau social Russe VKontakte (VK) et avait déjà subi des pressions pour collaborer avec le gouvernement Russe, chose qu’il avait déjà refusé de faire à l’époque. Il avait préférer revendre ses parts et abandonner VK. Il a même carrément quitté la Russie car ne se sentant plus en accord ni en sécurité. C’est ensuite qu’il a fondé Telegram. Il est un résistant à sa manière et à ce jour seul Telegram permet aux résistants à la dictature globale de pouvoir s’exprimer sans censure.

Rejoignez-nous sur Telegram pour contrer la censure grandissante sur les réseaux sociaux mainstream >>> t.me/LeGrandRéveil

Afin de garantir notre indépendance et notre pérénité,
vous pouvez nous soutenir en cliquant ici

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux,
INSTAGRAM, TELEGRAM, GETTR et VK

Source
RTReuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page